Le Prince oublié - Film (2020)

Le Prince oublié - Film (2020)

937 SEED
328 LEECH

Film de Michel Hazanavicius Aventure, comédie et fantastique 1 h 41 min 12 février 2020

Djibi vit seul avec Sofia, sa fille de 8 ans. Tous les soirs, il lui invente une histoire pour l’endormir. Lorsque Sofia s’endort, ces récits extraordinaires prennent vie quelque part dans un monde imaginaire peuplé de chevaliers, pirates et autres dragons. Dans ce monde qui n’appartient qu’à eux, Sofia est toujours la princesse à sauver, et le courageux Prince n’est autre que Djibi lui-même. Mais 3 ans plus tard, l’entrée de Sofia au collège va marquer la fin de son enfance. Au grand désespoir de son père, elle n’a plus besoin de ses histoires le soir. D’un côté, Djibi va alors devoir accepter que sa fille grandisse et s’éloigne de lui. De l’autre, dans le Monde des histoires, le Prince va devoir affronter la plus épique de toutes ses aventures. Trouver son destin dans un monde où il n’a plus sa place…

Le Prince oublié streaming VF

Alors que Le Redoutable avait déjà pas mal divisé, Le Prince Oublié semble partie pour faire de même. Mais s'il était mal vendu ?

Sofia est la fille de Djibi, qui est veuf. Son pére lui raconte chaque soir, depuis toujours, une histoire pour l'endormir. Mais lorsqu'elle entre au collége, elle se sent grandir, et beaucoup de choses changent pour elle... mais surtout pour son pére...

Il était une fois un pére qui ne voulait pas voir sa fille grandir. Il était une fois un pére qui avait peur de la perdre. Car c'est bien l'histoire de ce pére que l'on va suivre, ce qui peut expliquer la relative déconvenue critique (et publique) du film. Au vu du nombre d'enfant présent dans la salle, alors que ce film est, à mon sens, plutôt destiné à plaire aux adultes. Et notamment aux parents. Car si l'univers des histoires est enfantins, c'est bien parcequ'ils sont destinés à une enfant. Pour le reste, le réalisateur rend encore hommages aux histoires, mais ici pour raconter ce pére, passant de héros à simple soutien, cédant sa place de toujours, celle qu'il pensait toujours avoir.

Et dans le rôle, Omar Sy livre une grande performance, et c'est globalement l'ensemble du casting qui est bon. De Bérénice Bejo à la jeune Sarah Gaye en passant par François Damiens. Et le tout est soutenu par une mise en scéne de qualité, des effets visuels qui le sont tout autant. Le seul soucis étant, à mon sens, en lien avec le principe même du film : il se répéte parfois entre les scénes d'histoires et les scénes de vies. Un léger soucis qui ne suffit pas à en faire moins qu'un des meilleurs films du réalisateur... devant même The Artist !