Forza Motorsport 5 (2013)  - Jeu vidéo

Forza Motorsport 5 (2013) - Jeu vidéo

1094 SEED
383 LEECH

Jeu vidéo de Turn 10 et Microsoft Corporation Xbox One Course et sport 22 novembre 2013

Cinquième épisode du jeu de course Forza Motorsport vous permettant de conduire de puissantes voitures dans des courses musclées.

Forza Motorsport 5 (2013) streaming VF

Pour l'histoire, je n'avais plus touché à un jeu vidéo de simulation depuis Gran Turismo 5, tant celui-ci m'avait dégouté de ce genre. Non pas que ce dernier soit totalement mauvais, il ne m'apportait guère de satisfaction. Il était pour moi d'un ennui total, sans compter les sons ridicules et l'IA complètement à la rue. Puis un ami m'a proposé de tester Forza Motorsport 4. J'accroche direct : la sensation de vitesse est présente, le contenu est certes moindre que dans GT mais on a pourtant un très bon jeu avec différentes voitures et un bon nombre de tracés. La fonction "rewind" m'intéresse car elle permet d'apprendre plus facilement sans pour autant avoir à redémarrer toute la course. Bref, un bon début !

Quelques mois avant la sortie de la Xbox One, je décide de la précommander sur Amazon, avec l'édition limitée et donc le pass VIP inclus, donnant droit à des cadeaux exclusifs et des bonus d'EXP plus conséquents. Le jour J arrive : je branche ma console et m'essaie au jeu après un téléchargement d'une mise à jour conséquente. Première impression : le jeu est très beau, les graphismes ont été retravaillés et on voit la différence ! Il y a certes quelques glitches et de l'aliasing, mais le jeu tourne tout de même en 1080p en 60 images par seconde, de manière stable. Les reflets, peut-être pré-calculés, sont très réussis, et les voitures sont d'un réalisme impressionnant, notamment en vue cockpit où tous les tableaux de bord ont, semble-t-il, été restitués de A à Z. Dommage que le public soit en 2D...

Les micro-transactions sont peut-être le point noir de ce jeu, ou étaient, puisque l'économie du jeu a été revue avec la dernière mise à jour. En effet, les gains ont été augmentés lorsqu'on termine une course, et lorsqu'on grimpe d'un niveau (70 000 CR si on est VIP, à chaque passage de niveau). Les voitures quant à elles, sont bien moins chères. On évolue donc plus rapidement et on pourra acheter les fameuses voitures du DLC de la LCE qui, je pensais, étaient déjà fournies lorsqu'on achetait le jeu. On peut donc saluer Turn10 pour cette mise à jour ! Les joueurs ont été écoutés. Petit truc un peu agaçant : les voitures appartenant à des DLC non-achetés sont apparentes dans le sélecteur, avec la mention "DLC".

Même si le contenu est réduit de moitié, c'est-à-dire 200 voitures de base et 14 circuits (avec plusieurs tracés - short reverse, full reverse, club, school, test tracks, etc), il y a clairement moyen d'y passer du temps : non seulement, il faut apprendre à maitriser chaque véhicule avec le ou les différents réglages, mais il faut aussi mémoriser chaque tracé et la manière d'aborder les virages. La série a déjà été, par comparaison au titre de Polyphony, remarquée pour sa technique, et sa précision de conduite. Même pas équipé d'un volant, j'évolue au fil du temps, mes réflexes s'adaptent. Et aujourd'hui, j'accumule plus de 72 heures de jeu, plus de 3 millions de CR et une bonne trentaine de voitures.

Les championnats sont nombreux, le mode carrière promet donc une durée de vie plus qu'honnête ! On y trouvera aussi différents styles de courses : du bowling (on renverse le plus de quilles), mais aussi le passage entre les portes (avec une pénalité si on touche l'une d'entre elles), le défi de dépassement ("track days"), et les courses poursuites (qui consistent simplement à finir premier avec 2 ou 3 adversaires et des voitures lentes à dépasser). Plusieurs catégories sont également présentes, avec chaque fois plus de dix épreuves, mélangées, avec des tracés qui diffèrent à chaque fois.

Le système de Drivatar est assez bien pensé, même si l'IA a tendance à nous foncer dedans ou à se déporter soudainement. Cela est en fait dû à la manière de conduire des joueurs, qui est enregistrée au fil de leurs courses et qui est censée être reproduite par l'ordinateur. Plus le niveau de difficulté est bas, plus l'IA est "bête". Au fil du temps il faut donc augmenter le pourcentage du drivatar afin d'éliminer les voitures lentes et dangereuses, et cela permet également d'avoir des voitures de tête bien plus agiles. A 35 % on sentira une nette amélioration, mais il ne faut pas hésiter à le pousser au maximum lorsqu'on est habitué. La difficulté du jeu quant à elle, peut aussi être modifiée (jusqu'à pro) et les aides peuvent être activées/désactivées (dégâts, traction, freinage, direction).

On appréciera le fait de pouvoir peindre sa voiture mais aussi de distribuer ou de télécharger des livrées. Certaines créations sont magnifiques. Les VIP ont, par exemple, récemment reçu une Ford Mustang Boss 302 "Halo : Spartan Assault", qui est juste E-N-O-R-M-E. Le travail effectué sur cette voiture est juste impressionnant. Tous les éléments posés sont sous forme de calques, et donc plusieurs couches ont été appliquées pour arriver à ce résultat. "Amazing !"

Autre point intéressant : la partie réglages. Un peu complexe, vous ne serez pas forcément obligés de passer par la case réglages puisque certains pros du jeu proposent les leurs (ou un dérivé) : du grip au drift, en passant par "vitesse maxi", on pourra tester plusieurs réglages afin de trouver celui qui convient. Ensuite, pourquoi ne pas réaliser un temps pour voir s'il tient la route ? Les réglages téléchargés sont bien sûr "payants" avec des CR ou des jetons, puisque cela revient notamment à installer des pièces différentes.

Plusieurs modes rivaux sont aussi disponibles. Peu de sites en parlent : bizarrement, ce mode n'est pas mis en avant, alors qu'il a beaucoup de sens. Non seulement, on peut essayer de battre le score d'un ami ou d'un autre joueur, en ayant à disposition son fantôme, mais on peut aussi le faire sur des circuits tout en effectuant un défi de dépassement. C'est un challenge supplémentaire qui est plutôt intéressant, puisque le but est de faire un beau tour (pas de sigle "attention") et de se classer dans les meilleurs. Visualiser le classement à l'avance permet de voir l'affinité de certains avec telle ou telle voiture, ainsi on peut choisir un autre véhicule dans son propre garage ou en acheter de nouveaux. Reste à utiliser le réglage optimal pour une course ou l'autre.

Avec la mise à jour de nouveaux modes sont apparus, dont le mode "tag". C'est un peu l'équivalent du "chat", avec plusieurs variantes. Un autre mode est également présent ("drag") mais je n'ai testé aucun des deux. Cela vient donc se rajouter au mode "rival" et aux courses classiques en ligne. Le multijoueur est donc un peu plus complet qu'à la sortie du jeu, bon point donc.

-- Edition du 16/4/2014 -- Suite aux nombreuses mises à jour, des soucis d'interface ont été réglés. Par exemple, on peut savoir, en achetant de nouvelles voitures, quelles sont celles déjà présentes dans le garage. Parmi les autres nouveautés, citons la possibilité d'acquérir les voitures des packs achetés ou reçus (si on possède le Season Pass) sans débourser de CR supplémentaires. Saluons également les efforts réalisés pour fournir au plus vite du contenu supplémentaire depuis la sortie : tous les joueurs ont désormais droit à Road America et Long Beach.

Quelques défauts à citer tout de même, mais qui sont récurrents depuis belle lurette : pas de cycle jour/nuit et pas de météo. On peut en tenir compte, ou pas, à vous de juger, mais leur absence ne m'a pas vraiment dérangé plus que ça. Il s'agirait là d'un plus plutôt bienvenu, et qui pourrait faire pencher la note vers le 9 pour ceux qui demandent cette fonctionnalité depuis des lustres. Peut-être pour le prochain bébé de Turn10 ? Seul l'avenir nous le dira.

En attendant, il me reste des heures à passer sur celui-ci. Ce qui est certain, c'est que ce titre fait honneur à la Xbox One, notamment grâce à son réalisme et des graphismes soignés. Même si son contenu peut paraitre famélique, et qu'on est loin de pouvoir collectionner les différentes sortes de Skyline que Polyphony veut nous faire bouffer de l'autre côté, il y a largement de quoi se satisfaire ! Une durée de vie incroyable en mode "carrière" et un multijoueur dont personne ne parle mais qui pourtant permet d'évoluer rapidement puisqu'il fait gagner pas mal d'expérience selon le nombre de tours réalisés. L'expérience acquise quant à elle, rapporte désormais plus de CR lorsqu'on passe d'un niveau ! On aimerait tant voir du contenu supplémentaire arriver gratuitement, mais ça, c'est un rêve. On pourra tout de même profiter de cadeaux en étant VIP et des récompenses plus élevées.